Dossiers
 
MARS 2011
C'est, en 1910, à Copenhague, lors de la Conférence internationale des femmes socialistes, que l'idée d'une «Journée internationale des femmes» est décidée.
En mars 1911, elles seront un million à manifester en Europe!
 
 
À L'AGENDA
  • 08 mars, La Louvière:
Rassemblement à l'initiative du PS à la Gare du Sud (La Louvière) pour distribuer des roses dans le cadre de la journée internationale des droits des femmes.
  • 10 mars, Tourcoing:
Intervention à la conférence: "Le droit des femmes en débat Trois femmes, de trois pays, témoigngent". En savoir +
  • 15 mars, Bruxelles:
Commissions au Sénat et au Parlement de la Communauté française
  • 16 mars, Bruxelles:
Séance plénière du Parlement de la Communauté française
  • 17 mars, Bruxelles:
Séance plénière du Sénat
  • 19 mars, La Louvière:
Intronisation et banquet à l'occasion des compagnons de La Louve - Soumonces générales
  • 21 mars, Mons:
Intervention à la table ronde des Femmes Prévoyantes Socialistes sur le thème "Nouvelles pauvretés, osons les nouvelles solidarités"
  • 22 mars, Bruxelles et Namur:
Commissions au Sénat et au Parlement wallon
  • 23 mars, Namur:
Séance plénière au Parlement wallon
  • 24 mars, Bruxelles:
Séance plénière du Sénat
  • 28 mars, La Louvière:
Conseil communal
  • 29 mars, La Louvière:
Commissions au Sénat et au Parlement de la Communauté française
  • 30 mars, Bruxelles:
Séance plénière du Parlement de la Communauté française
  • 31 mars, Bruxelles:
Séance plénière du Sénat
 
D'autres organes de combat où je m'implique pour faire progresser les droits de la femme.
Vice-présidente du Parti Socialiste Européen - Femmes

Administratrice du Conseil des Femmes Francophones de Belgique
 
 
PARTAGER LA NEWSLETTER SUR LES RESEAUX SOCIAUX
Mais d'où vient le concept "Plafond de verre"?
 
C’est en 1986 que le Wall Street journal consacre pour la première fois le terme «Glass ceiling». Sa traduction française donne «plafond de verre». Il s’agit donc d’une métaphore pour illustrer le phénomène qui entrave, par des barrières visibles ou invisibles, des préjugés et des stéréotypes, la carrière des femmes et entraîne leur difficulté à atteindre des positions de pouvoir et de décisions. Ce phénomène vise les organisations publiques, les entreprises, ou toutes autres formes de structures.
Déjà, en 2007, j’avais déposé une proposition de loi visant à promouvoir la présence équilibrée de femmes et d’hommes dans les organes de gestion des organismes d’intérêt public et d’établissements scientifiques fédéraux. J’ai redéposé cette proposition de loi en octobre dernier. Adoptée à l'unanimité des voix au Comité d'avis sur l'égalité des chances entre les femmes et les hommes en février, ce texte est en Commission des Finances du Sénat.
La proposition prévoit que deux tiers au maximum des membres de l'organe de gestion des organismes visés sont du même sexe. (texte complet disponible ici)
Toujours à l'initiative des socialistes, un texte semblable vient d'être voté à La Chambre. Il vise les conseils d'administration des entreprises publiques et ceux des entreprises côtées en bourse.

Lors de la législature précédente, j’ai également cosigné la proposition de résolution visant à promouvoir la parité homme/femme au sein de la Commission européenne ainsi qu'à garantir la présence d'au moins une femme parmi l'un des quatre postes emblématiques de l'Union européenne. Le texte de cette proposition a été adopté par le Sénat en janvier 2010.
Cette proposition de résolution visait à promouvoir la nécessité d'une composition paritaire de la Commission européenne et à inciter les États disposant d'un siège au sein de la Commission de proposer au président de celle-ci une liste de deux candidats dont une femme.

Adoptée par le Sénat en avril 2007, la proposition de résolution visant à établir l’égalité de rémunération entre les femmes et les hommes vise pour sa part :
- à fournir chaque année des statistiques concernant des données salariales ventilées en fonction du sexe;
- la mise en œuvre d'un plan global permettant de combler l'écart salarial à court et à moyen terme;
- le développement de mesures d'accompagnement qui permettront de mieux concilier vie professionnelle et vie privée;
- à prendre des mesures structurelles pour corriger la sous représentation des femmes au sein des organes de décision;

Proposition de loi visant à compléter l'article 146ter du Code civil relatif aux mariages forcés
Cette proposition de loi vise plus précisément à renforcer l'article 146ter du Code civil. Elle a été déposée en octobre 2010 et se trouve à l'examen en commission de la Justice du Sénat.

Tout comme dans le cadre de la législation relative au harcèlement, l'objectif poursuivi par la proposition de loi est d'appliquer dans le cadre des procédures judiciaires liées à la problématique des mariages forcés le principe de renversement de la charge de la preuve. Il incombera, dès lors, au défendeur de prouver la réalité d'un mariage consenti par les deux parties.

Retour en 2006: le Sénat adopte la proposition de résolution relative à l'image des femmes et des hommes dans la publicité
il y a eu lieu de réaffirmer le rôle du politique qui est d'assurer le mieux-être de la société dont chaque acteur économique, politique et social est responsable. Lorsque l'on constate un rapport inégal de forces, comme l'est aujourd'hui celui qui existe entre les professionnels de la publicité et les consommateurs, quand un équilibre risque d'être rompu, alors le lancement d'une réflexion et de mesures s'impose.

Proposition de résolution visant à lutter contre les mutilations génitales féminines. Texte adopté à l'unanimité au Sénat en mai 2009.
Les mutilations génitales féminine constituent une violation fondamentale des droits des femmes et des filles.

Cette proposition de résolution considère que la lutte contre les mutilations génitales féminine doit être renforcée et systématisée pour avoir une portée plus globale et transversale.

L'action est également menée dans un cadre international. Il y a ainsi eu la proposition de résolution relative à la santé maternelle, adoptée à l’occasion de la Journée Internationale de la femme en 2007.
Avec cette proposition, il est demandé que la Belgique réaffirme sa volonté de remplir ses engagements internationaux et de renforcer son soutien à la lutte pour la santé maternelle, afin de réduire de manière substantielle le nombre de femmes qui meurent en donnant naissance et de permettre à davantage d'enfants de survivre durant les deux premières années de la vie.

Il y a également cette proposition de résolution relative à l’application de la résolution 1325 du Conseil de Sécurité des Nations Unies.
Résolution 1325 des Nations Unies. Kesako ?
 
Le 31 octobre 2000, le Conseil de Sécurité des Nations Unies adopte la Résolution 1325 sur les femmes, la paix et la sécurité.

Cette résolution onusienne demande une pleine et égale participation des femmes dans toutes les initiatives relatives à la paix et à la sécurité. Elle se centre donc sur l’égalité des sexes et une égale participation des femmes et des hommes dans les processus de consolidation de la paix et de reconstruction de la société post-conflit.
La proposition de résolution, déposée au Sénat, demande aux autorités belges
- d’établir un plan d'action national pour l'application de la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations unies;

- d’œuvrer, aux niveaux national, européen et international, pour une présence équilibrée de femmes dans le cadre des négociations de paix, de la politique étrangère, des représentations diplomatiques et autres organes décisionnels, ainsi que pour une présence accrue des femmes dans l'armée, la police et les missions de paix;

- d’appliquer le contrôle de genre à tous les programmes de coopération au développement, en particulier aux programmes d'aide destinés aux régions en situation d'après conflit;

- d’organiser une concertation structurelle locale avec les femmes et les organisations de femmes lors des missions de paix menées dans les zones de conflit et prendre des mesures susceptibles de renforcer leur apport;

- de faire en sorte qu'un plus grand nombre de femmes belges soient présentées comme candidates pour la liste des experts de la paix et de la sécurité des Nations unies.
La Belgique a alors adopté un plan d'action national pour la mise en œuvre de la résolution 1325. Il couvre la période 2009 - 2012. C'est ainsi qu'est née une nouvelle proposition de résolution visant cette fois l’évaluation de ce plan. Cette proposition est actuellement discutée au sein du Comité d'avis sur l'égalité des chances entre les femmes et les hommes.

Vingt et un États membres de l'Organisation des Nations unies (ONU), dont la Belgique ainsi que dix autres États membres de l'UE, disposent d'un plan d'action national pour la mise en œuvre de la résolution 1325. Celui de la Belgique prévoyait une évaluation intermédiaire en 2010. Le moment est idéal pour se pencher sur l'évaluation et la poursuite de la mise en œuvre.

Toujours sur le plan international, il y a eu la proposition de résolution visant à introduire la clause de l’européenne la plus favorisée. Prise en considération en octobre 2010, la proposition de résolution sera examinée par la commission des Affaires sociales du Sénat.
Cette proposition plaide en faveur d'un statut législatif unique pour toutes les Européennes à partir des lois qui leur sont les plus favorables dans chaque pays de l'Union européenne. Cette clause de l'Européenne la plus favorisée, synthèse des meilleures lois de chaque pays, cimentera l'Europe des femmes.

Unifier, harmoniser par le haut la condition des européennes en les faisant bénéficier, dans tous les domaines, du droit le plus évolué et le plus respectueux de leur liberté pratiqué dans chaque pays d'Europe, c'est l'objectif du texte.

 
Olga ZRIHEN, Sénatrice de Communuté, Députée régionale et Conseillère communale
37, Rue Warocqué 7100 La Louvière
www.zrihen.be - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.