Suite à un appel à projet lancé par la Sofico auprès des entreprises du secteur éolien, le nombre d’éoliennes en Wallonie pourrait s’accroître rapidement. En effet, le domaine public géré par la SOFICO sera mis à disposition pour compléter les parcs privés d’éoliennes.

Afin de s’entourer de candidats sérieux, la Sofico leur imposera, lorsqu’ils désiren
t introduire un dossier, d’apporter la preuve qu’ils ont développé, au cours des cinq dernières années, au moins deux parcs éoliens d’une puissance de 6 MW chacun.

Selon un conseiller chez Edora, le projet de la Sofico est positif etle projet devrait permettre la création de plusieurs dizaines d’éoliennes en plus en Wallonie.

Selon l'Association pour la Promotion des Énergies Renouvelables, la croissance de l’éolien aurait déjà généré de nombreuses petites et moyennes entreprises en Wallonie et le développement de chaque projet impliquerait la participation d’une quinzaine d’entreprises locales, indispensables pour réaliser les études, mener les travaux d’installation et d’aménagement de voiries, raccorder le parc au réseau, financer le projet et assurer la maintenance des éoliennes sur vingt ans.

Cependant, la Belgique ne dispose pas de grand constructeur/assembleur d'éolienne et ce même plusieurs entreprises wallonnes et flamandes fournissent du matériel de haute qualité.

Monsieur le Ministre,

Les appels de marché public contiendront-ils des clauses imposant aux constructeurs, a priori étrangers, d’engager des entreprises belges lorsqu’elles feront appel à des sous-missionnaires? Comment faire pour s’assurer que ce projet sera porteur d’emploi locaux?

Je vous remercie.