Question d'actualité de Mme Zrihen à Mme Tillieux, Ministre de l'Emploi et de la Formation, sur « le vote du Parlement européen en faveur d’une intervention du fonds d’ajustement pour Carsid et la demande d’intervention en faveur de NLMK La Louvière »

 

Madame la Ministre, le Fonds européen d'ajustement à la mondialisation, instrument européen attentif à l'évolution réelle de la société, du développement économique européen, remettra annuellement 150 millions d'euros lors de restructurations très importantes pour que des travailleurs puissent réexaminer les potentialités de retrouver de l'emploi ou d'obtenir des aides pour construire une entreprise, ou également pour de la formation.

 

Il se fait que, outre cette aide européenne, les Gouvernements nationaux sont tenus de mettre l'équivalent, ce qui correspond à une somme très importante.

En ce qui nous concerne, la grande casse sociale que nous avons connue entre 2012 et 2013, que ce soit avec Ford Genk, Carsid et, dans ma région, NMLK Duferco, nous a amenés à rentrer de tels dossiers. La bonne nouvelle, c'est que, ce matin, nous avons appris que 1,4 million d'euros allait être déposé autant pour Carsid que pour Ford Genk : 500 000 euros pour Ford Genk et 900 000 pour Carsid, afin de permettre à l'ensemble de ces travailleurs de pouvoir avancer dans leur reconversion.

Ma question est donc la suivante. Puisque pratiquement, dans les mêmes délais, nous avons redéposé, au niveau de NMLK Duferco La Louvière, un dossier similaire que nous avons pu le suivre jusqu'à la fin de la dernière législature européenne, auriez-vous des informations quant à l'état d'avancée, aux montants qui pourraient être proposés ? Je rappelle seulement que, dans la région de La Louvière, c'est plus de 700 travailleurs qui se sont retrouvés confrontés à cette situation dramatique.

Réponse de Madame la Ministre Eliane TILLIEUX

 Madame la Députée, par rapport à ce calendrier, je dois vous dire que cela fait 18 mois déjà que le dossier avait été déposé. Nous pouvons nous réjouir, bien sûr, de l'issue positive de ces deux dossiers, mais en particulier le dossier qui concerne Carsid. Quelque part, c'est confirmer les efforts que notre Région a pu réaliser pour venir en soutien des travailleurs licenciés suite à la fermeture de l'entreprise Carsid.

Fondamentalement, on le sait : 18 mois, c'est long. Le dossier avait été déposé en avril 2013 et nous sommes en octobre 2014. Cela fait quand même un an et demi. Heureusement, nous avions déjà mis en place la cellule de reconversion, puisqu'elle avait démarré déjà en octobre 2012. Elle a duré deux ans et elle vient donc de se clore, ici, fin septembre. Elle a donné de beaux résultats. On peut déjà dire que toutes les actions qui ont été entreprises dans le cadre de cette cellule de reconversion sont des actions qui étaient considérées comme éligibles au Fonds européen d'ajustement à la mondialisation, ce qui a permis aussi d'aller chercher les enveloppes.

Par rapport au dossier Duferco NMLK, c'est probablement déjà un bon signe, un signe positif puisque, dans le dossier de La Louvière, nous nous trouvons, in fine, plus ou moins dans les mêmes conditions, dans les mêmes circonstances économiques. Les deux dossiers sont un peu similaires, c'est de bon augure. Plus loin, évidemment, il restera à l'Europe à se positionner et, vu la longueur de l'analyse et des procédures des dossiers, nous devrons encore attendre.

Par contre, je peux vous dire que, sur les résultats de la cellule de reconversion par rapport à Carsid, c'était quand même plus de 700 travailleurs qui étaient concernés, ce n'est quand même pas rien. Sur ces 700 travailleurs, plus de 63 % ont pu être réinsérés, retrouver un emploi. Parmi ces 63 %, près de la moitié ont retrouvé un emploi sous un statut de contrat à durée indéterminée. Cela aussi, c'est important pour permettre de voir l'avenir avec un peu plus de sérénité.

Qu'avons-nous fait ? Nous avons entrepris les actions traditionnelles de formation, d'accompagnement, de soutien à l'autocréation d'emploi avec des actions un peu plus innovantes, notamment des speed meeting à l'emploi, des séances de démystification à l'entretien de sélection. Pour ceux qui ont suivi la Semaine antistress, il y a eu des coachings pour la gestion du stress. Pour tous ces travailleurs qui avaient travaillé dans la même entreprise depuis longtemps, c'était extrêmement important. Il y a eu aussi 6 % de personnes qui se sont réinsérées au travers de leur propre création d'emploi. On en a vu, par exemple, dans l'entretien des parcs et jardins. Il s'agit donc d'une réorientation totale, mais avec succès. C'est cela qu'il faut retenir et nous poursuivrons avec ces cellules de reconversion qui donnent de bons résultats.

Réplique de Mme Zrihen : Madame la Ministre, j'espère que, pour le dispositif NMLK Duferco, nous aurons aussi une réponse très positive. La cellule de reconversion est encore en fonctionnement et il est vrai que nous n'avons que des échos positifs. Ce qui est très particulier, c'est que dans l'ensemble de l'autocréation d'emploi, on peut aussi bien retrouver beaucoup de parcs et jardins, des entreprises qui sont plus dans le transport routier, mais même du stylisme pour certains. Il est vrai que, peut-être, des opportunités se mettent en place.

Je voudrais aussi peut-être féliciter le fait que nous avons été très proactifs en la matière et que nous ne nous sommes pas contentés d'attendre d'éventuelles subventions ou subventionnements européens pour pouvoir nous-mêmes, en tant que Région, avancer dans cette reconversion des travailleurs.

Il est vrai que l'un dans l'autre, on est pratiquement à 1 500 personnes, le chiffre est énorme. Les chiffres que vous nous donnez, par contre, nous permettent d'avoir un peu d'espoir pour une nouvelle reconversion de notre territoire, demain.