Monsieur le Ministre,

De nouvelles pertes d’emploi sont prévues en Région wallonne et concernent cette fois l’activitédes Laminoirs de Longtain sis àBois d’Haine. 108 travailleurs sont directement concernés par la faillite virtuelle dans laquelle se trouve cette entreprise depuis près d’une année.

Il y a peu, un candidat repreneur s’était bel et bien manifestééavant de se rétracter  en raison des contraintes liées au rachat d’entreprise, àsavoir la réglementation wallonne imposant l’assainissement de tout site industriel en cas de revente ultérieure.

A l’heure actuelle, il n’y a donc plus de candidat repreneur or le temps presse puisque la procédure de réorganisation judiciaire s’achève d’ici le 14 janvier 2015, date àlaquelle le tribunal de commerce doit statuer.

Monsieur le Ministre,

  • Le 8 janvier dernier devait avoir lieu une rencontre à votre cabinet avec les représentants des travailleurs des Laminoirs de Longtain. L’objectif de la démarche menée par ces représentants était d'obtenir un portage public de l’activité, constituant ainsi un ultime délai permettant à un indispensable repreneur privé de se manifester. En ce sens, la Région est-elle en mesure de se porter garante de l’activité pendant un laps de temps déterminé permettant ainsi de trouver un éventuel nouveau repreneur ? Quels ont été les tenants et aboutissants de ladite rencontre ?

  • Par ailleurs, la problématique de dépollution des sols est souvent avancée comme frein principal de toute reprise d’entreprise. Quelle position adoptent vos services face à cette donne déterminante ? Ne devrait-on pas tendre vers un principe plus généralisé de « pollueur-payeur » ? Quelle position transitoire est envisageable ?

     

Je vous remercie.

 

Réponse de Jean-Claude Marcourt, Ministre de l'Economie:

 

La situation à laquelle sont confrontés les travailleurs des Laminoirs de Longtain est délicate. Le cabinet du Ministre a rencontré ces dernières semaines les représentants des travailleurs concernés.

Il apparaît que l’entreprise CONDESA, propriétaire des Laminoirs, connaît de réelles difficultés qui ont obligé une réorganisation judiciaire – laquelle s’achève le 14 janvier 2015. Un candidat repreneur s’était bien manifesté mais ce dernier ne s’engageait au final à garantir que 16 emplois sur la centaine existante, ce qui paraît extrêmement faible. Il est d’ailleurs à supposer que derrière cette possible reprise se cachait plus un souhait de développer un projet immobilier et non industriel.

La Région wallonne a manifesté son intention de soutenir l’entreprise CONDESA dans les projets d’accompagnement nécessaire et d’amélioration des outils. Mais selon l’Union européenne, ce soutien public ne peut se réaliser que s’il s’accompagne d’un partenariat privé.

Ce 8 janvier à 13 heures aura lieu une nouvelle rencontre au cabinet du Ministre avec les représentants des travailleurs – et des travailleurs eux-mêmes – afin de déterminer s’il existe des éléments permettant de postposer la réorganisation judiciaire à une date ultérieure, ce qui offrirait de nouvelles possibilités de reprise en lien avec l’audit qui ouvrait une piste de viabilité pour l’entreprise même avec un nombre réduit de travailleurs