Question de Madame Olga ZRIHEN (PS) au Ministre en charge de l’Energie, Monsieur Paul FURLAN, au sujet de « la multiplication de fermetures de centrales en 2015 » (le 20/01/2015)

Monsieur le Ministre,

Selon une récente note rédigée par l’administration de l’énergie, en concertation avec Elia (gestionnaire de réseau à haute tension belge) et la CREG (régulateur fédéral), près de 1700 MW de centrales au gaz devraient être fermés en 2015. Il s’agit de plus de 8% de la totalité du parc de production disponible aujourd’hui. On se peut donc d’être préoccupé pour la sécurité d’approvisionnement du pays. De plus, la participation d’un grand nombre de ces centrales au gaz à la réserve stratégique apparaît comme étant loin d’être garantie.

En effet, ces dernières nécessitent des investissements plus ou moins importants pour les adapter à cette réserve stratégique ou, tout simplement, sont en impossibilité technique d’y participer.

Monsieur le Ministre,

- Votre département a-t-il eu vent de cette note rédigée par l’administration de l’énergie ?

- Qu’en est-il de l’état réel des réserves stratégiques pour l’hiver prochain ?

- Quels sont les impacts possibles sur la région wallonne de cette probable insécurité d’approvisionnement ?

- Où en sont les modalités de mise en oeuvre de la « task force security of supply » regroupant les autorités fédérale et fédérée en matière d’énergie ? Quels en sont les résultats attendus ?

 


 

Réponse de Monsieur le Ministre Paul FURLAN (le 20/01/2015)

Il est tout d’abord utile de noter que la sécurité d’approvisionnement est une compétence fédérale.

La note de l’Administration fédérale évoquée par l’honorable membre est une note de l’administration fédérale à sa ministre de l’Energie. L’objectif de cette note est l’identification des difficultés rencontrées par les producteurs afin que les unités de production pour lesquelles une intention de mise hors service a été notifiée, puissent faire partie de la réserve stratégique.

Actuellement, les centrales au gaz souffrent d’un handicap de rentabilité vis-à-vis des autres types de centrales. Suite à cela, les investisseurs n’investissent plus ni dans de nouvelles unités de production, ni dans le maintien en fonctionnement des anciennes unités. Ceci se traduit dans les  faits par une diminution globale du parc de production électrique à base de gaz. Le chiffre d’une perte de 1700 MW de capacité de production à base de gaz naturel que vous avancez est, dans le contexte actuel, tout à fait plausible.

Il existe une obligation légale pour les producteurs de centrales qui sortent du parc de production belge de remettre une offre pour participer à la réserve stratégique. Cependant, si techniquement il est possible d’inclure toute ces centrales dans la réserve stratégique, le coût des offres remises par les producteurs peut se révéler prohibitif.

Concernant les réserves stratégiques, les analyses d’Elia et de la Direction générale fédérale de l’Energie sont à la disposition de la Ministre fédérale. Un arrêté ministériel de décision serait signé incessamment. L’arrêté ministériel a pour objectif de demander au gestionnaire de réseau de transport, ELIA, de constituer une réserve stratégique complémentaire à celle déjà en place et ce à partir du 1er novembre 2015. Les volumes demandés seront mentionnés dans l’arrêté ministériel.

Enfin, les modalités de mise en œuvre d’une task force security of supply rassemblant le fédéral et les régions seront encore à définir