Question orale de Mme Olga Zrihen à Mme Eliane Tillieux, Ministre de l'Emploi et de la Formation, au sujet de « la Conférence interministérielle en charge des questions d'alphabétisation »


Madame la Ministre, 

Un accord de coopération signé entre la Fédération Wallonie-Bruxelles (alors Communauté française), la Région wallonne et la COCOF - entré en vigueur en 2005 - visait le développement de politiques communes d'alphabétisation des adultes en engageant un processus permanent de concertation et de collaboration entre les différents niveaux de pouvoir. Pour ce faire, on prévoyait alors une Conférence interministérielle annuelle, un Comité de pilotage permanent et un état des lieux annuel de l'alphabétisation. Il s'agissait essentiellement d'évaluer les politiques mises en oeuvre, examiner des propositions du Comité de pilotage pour renforcer les politiques et renverser la tendance à l'augmentation de l'illettrisme et donner de nouvelles impulsions aux politiques coordonnées.

 

Force est de constater que la Conférence interministérielle - dont les réunions étaient initialement prévue annuellement - ne s'est plus réunie depuis le 22 février 2008. Il conviendrait sans doute de la relancer afin de tendre vers une politique clairement identifiée de l'alphabétisation dans sa transversalité.

La Déclaration de politique régionale fait référence à de nombreuses reprises à l'alphabétisation:

- Par la mise en place d'une stratégie en matière d'alphabétisation permettant d'optimaliser l'offre de formation et d'accompagnement en concertation avec les acteurs de terrain.

- Par l'adoption, en collaboration avec la FWB, d'un plan d'actions dans le cadre de l'apprentissage du français et de l'alphabétisation impliquant l'ensemble des secteurs concernés, notamment l'enseignement de promotion sociale, l'éducation permanente et le secteur de l'intégration.

- Par l'actualisation de l'accord de coopération entre les entités francophones relatif au développement de politiques concertées en matière d'alphabétisation afin d'identifier les outils nécessaires à une meilleure adéquation entre l'offre et la demande de formation linguistique.

Il y est également mentionné l'adoption d'un plan d'actions impliquant l'ensemble des secteurs concernés pour toute la durée de la législature et ayant pour finalité d'examiner les moyens pour inciter les publics les moins favorisés à entrer dans une démarche d'alphabétisation ou d'apprentissage du français.

Enfin, il convient également de s'interroger sur l'avenir du secteur de l'alphabétisation, en ce compris bien évidemment de ses acteurs qui, bien qu'aujourd'hui encore dans une situation d'insécurité permanente, souhaitent une pérennisation à long terme de leurs capacités.

Madame la Ministre:

- Une prochaine relance de la Conférence interministérielle consacrée à l'alphabétisation est-elle prévue sous peu ? Si oui, quand aura-t-elle lieu ? 

- Cette problématique transversale - à la fois en matière de lutte contre la pauvreté, d'insertion d'emploi et de citoyenneté - nécessite plus que jamais d'être l'une des priorités politiques des gouvernements compétents. Sommes-nous dès lors en droit d'attendre d'une prochaine Conférence interministérielle pour l'alphabétisation plus qu'un simple état des lieux sur la question mais un véritable plan d'action établi entre les différentes entités fédérées ?


 Réponse de Mme Eliane Tillieux, Ministre de l'emploi et de la Formation, à l'interpellation de Mme Olga Zrihen relative à la Conférence interministérielle en charge des questions d'alphabétisation


Madame la Députée, 

L'enjeu de l'alphabétisation est de nature transversale. L'alphabétisation participe, en effet, aux objectifs d'insertion socioprofessionnelle, d'inclusion sociale, d'éducation permanente et de citoyenneté. Dans nos sociétés, on ne peut pas exercer pleinement sa citoyenneté, vivre de manière autonome et épanouie, si l'on ne sait ni lire ni écrire. L'alphabétisation est un véritable droit pour chaque citoyen, et le Gouvernement wallon, dans sa déclaration de politique régionale, en rappelle l'importance.

Au niveau wallon, les politiques d'alphabétisation sont largement et structurellement soutenues dans le cadre de la formation professionnelle et de l'agrément OISP (organisme d'insertion socioprofessionnelle). Les actions hors champ de la formation socioprofessionnelle des demandeurs d'emploi, telles que la formation des travailleurs, la sensibilisation, l'alphabétisation d'un public en désaffiliation sociale, font depuis quelques années l'objet d'un financement et d'un suivi dans le cadre d'une convention entre l'asbl Lire et Ecrire en Wallonie et la Région wallonne.

Enfin, concernant l'articulation avec les autres niveaux de pouvoir, pour assurer la cohérence des politiques d'alphabétisation, une Conférence interministérielle était, en effet, prévenue dans l'accord de coopération de 2005. Cette conférence s'est réunie pour la dernière fois le 22 février 2008. Si cette conférence nécessitait effectivement d'être convoquée rapidement, l'absence de réunions n'a toutefois pas empêché le Comité de pilotage permanent de fonctionner. En tant que Ministre de la Formation, je m'engage toutefois, avec l'aide des acteurs du Comité de pilotage permanent, à relayer à mes collègues l'opportunité de convoquer à nouveau cette Conférence interministérielle et, surtout, à actualiser le plan d'actions transversal ou multidépartemental des politiques d'alphabétisation.


Réplique de Mme Zrihen

Je vous remercie effectivement d'activer ce type de conférence, parce que je crois que la transversalité est vraiment devenue un mot clé dans tout le travail qui est fait. Voyant l'importance, comme vous l'avez dit, de cette citoyenneté active que nous voulons bien sûr pour des gens qui doivent aussi être des travailleurs et qui doivent aussi avoir un emploi, il est important que l'alphabétisation revienne au cœur des différentes politiques. Je vous remercie de votre réponse et je reste, bien sûr, dans l'attente de l'information sur la prochaine convocation de cette conférence interministérielle.