Interpellation orale de Mme Zrihen à M. Marcourt, Ministre de l'Economie, de l'Industrie, de l'Innovation et du Numérique, relative aux « perspectives d'avenir des entreprises wallonnes de taille moyenne »

Monsieur le Ministre, 

Le tissu industriel wallon est principalement porté par des entreprises de taille moyenne. Il se fait que les dernières études du cabinet EY Belgium, menées auprès de 6 000 entreprises dans l'Union européenne, montrent que 38 % des entreprises belges s'attendent à une amélioration de leurs performances au cours des six prochains mois, contre une moyenne de 46 % dans l'ensemble de l'Europe. Ces entreprises belges de taille moyenne se montrent plutôt pessimistes : seulement 17 % de ces entreprises investiraient dans les six mois ; 6 % pensent à réduire leurs investissements, tandis que la grande majorité (plus de 77 %) prévoit de les maintenir à niveau, donc simplement un dispositif de statu quo. Concernant l'emploi, 24 % de ces entreprises songent à augmenter l'emploi net, tandis que 6 % songent à le réduire et 70 % à ne pas évoluer.

 

Il semblerait que l'attitude des entreprises belges est plutôt de ne pas trop bouger. Même si elles pensent qu'elles vont croître, elles n'investissent pas. Pour elles, il y a un véritable danger dans la faiblesse de la demande intérieure – cette consommation et cette croissance qui a du mal à reprendre –, suivie par celle de la demande mondiale et les prix des matières premières.

Selon l'étude du cabinet EY (Ernst & Young) Belgium, la croissance en Belgique devrait surtout provenir des jeunes entreprises. Vaut-il donc mieux porter l'effort sur ce type d'entreprises, dont dépend la croissance de la Région ?

Est-ce clairement identifié auprès des PME wallonnes ? Comment peut-on envisager de renforcer leurs performances ? Peut-on avoir une politique stratégique plus particulière, de manière à les soutenir au maximum et de faire en sorte nous ne soyons pas dans une position attentiste ? Nous savons que le traité transatlantique est à nos portes et qu'il serait intéressant d'examiner justement son impact sur ces PME.


Réponse de M. Marcourt, Ministre de l'Economie, de l'Industrie, de l'Innovation et du Numérique

Madame la Députée, 

Le baromètre Mid-Market 2015, réalisé par Ernst & Young, apporte une série d'informations sur la situation des entreprises de taille moyenne en Europe.

En ce qui concerne la Belgique, seules 250 entreprises de taille moyenne ont été interrogées, ce qui représente certes un échantillon, mais qui est loin de pouvoir nous donner une situation complète. Au-delà de ces considérations méthodologiques, il faut également relever que les entreprises belges interrogées donnent une image de stabilité (96 %) et que les dirigeants de ces entreprises sont satisfaits des performances fournies par leurs entreprises (95 %).

Le développement de l'activité économique en Wallonie est le défi majeur de notre gouvernement. Il est nécessaire de concentrer les moyens sur les actions présentant le plus de valeur ajoutée et de renforcer le soutien aux entreprises à fort potentiel de croissance.

C'est d'ailleurs dans cette perspective que le prochain plan Marshall 4.0 est organisé.

L'amélioration du soutien aux PME passera aussi par la poursuite du Small Business Act wallon, lancé en 2008, et dont j'ai eu l'occasion de discuter plus amplement voici quelques instants.

Enfin, la réforme des aides économiques visera également les entreprises championnes. Ainsi, l'AWEx a proposé de revoir et simplifier son système d'aide à l'exportation, en proposant une offre de service sous forme de cinq enveloppes plus adaptées et alignées sur les objectifs de l'institution.

Une attention particulière est portée aux jeunes entreprises de moins de cinq ans. L'AWEX souhaite, en effet, soutenir les starters dont les moyens disponibles pour l'export sont limités, en majorant en leur faveur les plafonds d'intervention.

Les autres aides économiques interviendront également dans cette dynamique afin de créer des leviers plus efficaces pour nos entreprises.

Vous l'aurez compris, le constat posé par le baromètre Ernst & Young était déjà bien connu des actions menées actuellement dans notre Région et vont dans le même sens.

Il appartiendra également au Gouvernement fédéral de prendre des mesures relevant de ses compétences pour soutenir la croissance de nos entreprises.


Réplique de Mme Zrihen

Tout à fait ravie de voir que ce dispositif est déjà intégré dans le Plan Marshall 4.0 et que le Small Business Act wallon va l'intégrer. Nous savons bien que ce sont les cinq premières années qui sont parfois les plus difficiles pour que les racines prennent et que l'on ne se retrouve pas en situation complexe.

Nous savons aussi que ces PME wallonnes sont véritablement la base même de notre défi majeur pour ce redéploiement industriel. La perspective est bien sûr de les renforcer, les stabiliser. Nous suivrons encore le dossier pour voir de quelle manière nous pouvons avancer en la matière.