Question orale de la députée Olga Zrihen à Monsieur Di Antonio, ministre de l'environnement, de l'aménagement du territoire, de la mobilité et des transports, des aéroports et du bien-être animal, sur « le nettoyage des abords des canaux de Wallonie »

Mme Zrihen (PS). - Monsieur le Ministre, le 1er juillet dernier, les habitants de la région du Centre se mobilisaient, en collaboration avec le Contrat de rivière Haine, l'Action prévention proximité, le Service public de Wallonie et la Province de Hainaut – ces deux derniers étant gestionnaires du site – dans le cadre de l'opération Canal propre.

 En effet, outre les dégâts causés par la prolifération exponentielle des lentilles, des détritus en tous genres jonchent les abords du canal du Centre ainsi que du RAVeL.

Dès lors, l'aspect touristique et la plus-value économique certaine de ce joyau de la région du Centre s'en trouvent impactés. Cette initiative de nettoyage s'est déroulée quelques jours avant le Week-end au bord de l'eau où différents publics séduits par l'offre pouvaient vivre un moment de détente. Les bénévoles d'un jour se sont vus attribuer pinces, gants et autres outils. Le SPW avait fourni deux barques facilitant le travail près des berges, mais le manque de barques permettant de racler la surface du canal a été relevé.

Qui plus est, les bénévoles aidés de Wallo'Net – encore une aide de la Région – assurent un nettoyage du canal du Centre deux fois par semaine, mais force est de constater que la tâche est des plus ardues et les moyens dérisoires pour permettre un entretien durable du parcours toujours plus nécessaire en ces périodes touristiques et de visites.

Qu'envisage la Région wallonne pour contrer efficacement la prolifération de détritus sur les voies navigables du canal du Centre et partout ailleurs ? Une campagne de sensibilisation aux abords des différents canaux wallons, voire une étude quantifiant et qualifiant son impact d'un point de vue économique et écologique pouvant offrir de nouvelles pistes de réflexion et d'actions ont-elles été réalisées ? Comment envisageriez-vous de favoriser l'augmentation de la participation citoyenne à ce genre d'activité ? Pour terminer, un agenda reprenant l'ensemble des opérations de nettoyage prévues annuellement pourrait-il être envisagé, largement diffusé, ce qui permettrait de sensibiliser encore plus la population à ce type d'initiatives ?

 

M. Di Antonio, Ministre de l'Environnement, de l'Aménagement du territoire, de la Mobilité et des Transports, des Aéroports et du Bien-être animal. - Madame la Députée, le site du canal du Centre historique constitue un espace vert au travers d'une zone fortement urbanisée. Il est utilisé comme un parc communal très fréquenté, ce qui présente une situation propice aux actes inciviques. Deux marchés hebdomadaires se tiennent le long de ses berges et de nombreux déchets se retrouvent dans l'eau. Les agents de la Direction générale des voies hydrauliques ne sont plus habilités à dresser les procès-verbaux de constat, augmentant ainsi le sentiment d'impunité des délinquants.

Les deux communes jouxtant le site, Le Rœulx et La Louvière, ont organisé l'opération de nettoyage. Les communes concernées ont annoncé leur intention de multiplier ce type d'opération et la DGO2 s'engage à rester partenaire de ces initiatives.

Les pouvoirs publics agissent en permanence pour lutter contre ce fléau. Les agents communaux, les Wallo'Net, nettoient deux fois par semaine toutes les berges du canal, et la DGO2 évacue les détritus. Un prestataire privé est mandaté par l'administration pour vider les poubelles et évacuer les dépôts clandestins, dont le volume diminue cependant d'année en année. Le montant affecté est d'environ 25 000 euros par an, en très grande partie pour les actions le long du canal historique. Enfin, les mécaniciens d'ascenseur nettoient les abords de leur ouvrage dans les mesures de leurs possibilités.

L'opération Canal propre a mobilisé une trentaine de citoyens et 300 kilos ont été collectés et évacués. Cette opération a permis de récolter des déchets anciens, enfouis, situés dans des endroits moins accessibles et moins visibles. Elle est complémentaire au travail régulier des Wallo'Net, qui ramassent les déchets des derniers jours. Plusieurs agents volontaires du canal se sont associés à l'opération citoyenne. Deux barques motorisées de l'administration complétaient les moyens de ramassage.

De manière ponctuelle et pratique, lors des marchés hebdomadaires, la DGO2 envisage de mettre une barque à l'eau pour que ses agents récoltent les déchets flottant ostensiblement devant les usagers, notamment pour les sensibiliser. La mesure prévue à la fin des marchés hebdomadaires devrait avoir un impact positif sur l'augmentation de la participation citoyenne.

Le catalogue d'actions relatives à la propreté publique Be WAPP, que je présenterai à la rentrée, reprendra une série d'initiatives, telles que cette excellente proposition de réaliser un agenda des opérations de nettoyage tant le long des cours d'eau qu'à l'intérieur des terres.

 

Mme Zrihen (PS). - Merci Monsieur le Ministre. Ce sont de bonnes nouvelles : Be WAPP puis un calendrier qui pourrait peut-être être mis en place.

Je pense aussi qu'un visuel pourrait reprendre tout l'inventaire de ce que vous venez de dire. C'est impressionnant, 30 personnes qui récoltent 300 kilos de déchets ce n'est pas rien, et des Wallo'Net qui sont là en permanence deux fois par semaine.

On voit parfois, dans d'autres pays, des affiches qui disent : « Une région à votre image » puis qui sont tout à fait dissuasives quant à l'image qui est montrée. C'est ce genre de coup de poing visuel qui pourrait peut-être servir à sensibiliser, pas seulement les maraîchers, mais aussi un certain nombre d'usagers du coin.