Question d'actualité d'Olga Zrihen, députée (PS), posée en séance plénière du Parlement Wallon, à Carlo Di Antonio, ministre de la Mobilité et des Transports, sur "l'implantation de Uber en Wallonie".
  • Olga Zrihen, députée

Monsieur le Ministre,

Je me permets de vous interpeller concernant l'annonce faite dans la presse de l'arrivée d'Uber à Gand, Anvers, Liège et Charleroi.

 

Malgré toutes les interdictions dans les pays européens, cette firme a choisi de s'occuper de la Belgique et est actuellement active sur Bruxelles.

La question qui se pose est toute à fait fondamentale. Il y a un dispositif de chauffeurs de taxi qui est encadré par une législation wallonne, avec des statuts légaux pour ces derniers, des contrats de travail en bonne et due forme ainsi qu’un dispositif fiscal clair puisqu'il y a des prélèvements automatiques. Il se fait que cette firme ne répond à aucune de ces obligations.

En tout état de cause, l’UBT a d’ailleurs déposé une plainte étant donné la non-adéquation du statut des travailleurs Uber en Belgique.

Cette firme est sur le territoire et espère de manière, très agressive, s'occuper de Charleroi South Airport. Ce qui pourrait, à l’avenir, nous poser quelques problèmes.

Avant de se retrouver dans une situation extrêmement difficile et face à un dumping qui est tout à fait incontestable, Monsieur le Ministre,

  • Avez-vous eu des contacts avec la coordination générale des taxis en Région wallonne ?

  • Uber est une société qui représente 37 milliards en bourse, un dialogue est-il en cours ?

  • Est-ce qu’il y a, actuellement, un examen de la situation à laquelle nous risquerions d’être confrontés ?

  • Pour finir, des dispositions seront-elles examinées de manière à ce que nous ne trouvions pas dans une situation aussi violente que celle que nous avons pu voir à Paris ou qui pourrait survenir à Bruxelles ?

Je vous remercie de vos réponses.

 

  • Carlo Di Antonio, Ministre

Merci Madame, la Députée.

Uber a été déclaré comme illégal dans une série de pays car il se heurte à la législation en vigueur. Ce serait le cas chez nous aussi puisque, le décret de 2007 et les arrêtés de 2009 sont assez strictes et ne permettraient pas l’installation d’Uber en Wallonie. Ou du moins, celle-ci ferait apparaître les mêmes contestations que dans d’autres régions ou dans d’autres pays. Jusqu’à aujourd’hui, nous n’avons reçu aucune plainte et aucune déclaration ni de la part du secteur ni de la part de l’administration, relative à la présence d’Uber à Charleroi et à Liège. Nous y sommes attentifs. Je pense que le secteur serait le premier à réagir mais ce n’est pas le cas pour le moment.

 

  • Olga Zrihen, Députée

Les informations que nous avons, c’est 10.000 utilisateurs en Belgique. Dont beaucoup d’utilisateurs à Bruxelles. Et, si vous le permettez, il vaut mieux prévenir que guérir. Si vous dites que le dispositif est considéré comme totalement illégal, il serait intéressant que vous puissiez répondre à plusieurs articles de presse qui le mentionne comme étant déjà très actif en Belgique et en particulier en Wallonie