Monsieur le Ministre, l'accueil à Bruxelles, ce 25 Mai, de Jack Ma, créateur et fondateur du numéro un de la vente en ligne « Alibaba », démontre l'intérêt porté à l'ouverture d'un marché avec la Chine. On peut mettre en exergue le déjeuner entre la commissaire européenne, Mme Cécilia Malmström et des représentants du monde économique belge, notamment la présidente de la FEB, le CEO de Proximus et un membre du groupe Colruyt. L'annonce de l'ouverture d'un futur bureau à Bruxelles de cet empire commercial chinois est donc de bon augure.

 

Les retours de la presse font écho au regard attentif que le CEO d'Alibaba a montré à l'égard des PME belges dans leur ensemble ainsi qu'à la volonté d'aider les entreprises belges à trouver des marchés en Chine.
Monsieur le Ministre, cette rencontre s'inscrit-elle dans la suite des missions réalisées préalablement entre la Chine et la Belgique ? Avez-vous eu des retours de ces rencontres ?
Les entités régionales ont-elles été informées ou associées ?

Enfin, quelles perspectives pour les PME wallonnes et les échanges commerciaux et économiques wallons avec la Chine, dans un moment, je pense, où la position de la Chine au niveau de l'OMC et du FMI est extrêmement importante ?

M. le Président. - La parole est à M. le Ministre Marcourt.

M. Marcourt, Ministre de l'Économie, de l'Industrie, de l'Innovation et du Numérique. - Madame la Députée, comme vous le soulignez, cette visite s'inscrit dans le cadre de différentes missions coorganisées avec la Région au travers de l'AWEx ; elle s'inscrit également et surtout en suivi de la visite d'État de juin 2015. Durant celle-ci, le Ministre-Président de la Wallonie avait eu l'occasion de rencontrer M. Ma, fondateur d'Ali-Baba, à un lunch privé en compagnie de Sa Majesté le Roi.

Notre souverain et M. Ma se sont également rencontrés à plusieurs reprises et ont échangé lors des derniers sommets de Davos.

Voilà donc plusieurs mois que les équipes de l'AWEx sont en contact avec celles d'Alibaba dans le cadre de leurs développements futurs sur notre continent. Il s'agit notamment de promouvoir les secteurs d'e-commerce et de Data centers, à l'exemple des réalisations de Cofèly, Google et BNP Paribas.

M. Ma vient d'être nommé Président du China Entrepreneur Club. Il s'agit d'un club fermé regroupant des représentants de la nouvelle vague entrepreneuriale chinoise. Ceux-ci avaient été reçus solennellement en Wallonie en juin 2013. Voilà encore une occasion de rapprochement avec ce géant de l'e-commerce.

Pour cette visite du 23 mars, je regrette personnellement que les Régions n'aient pas pu être associées plus en amont de cette visite. Cela ne nous a pas empêchés, d'une part, de positionner plusieurs entreprises lors de cette rencontre au Palais Royal et d'autre part, et surtout, de réaliser déjà le suivi dès cette semaine avec les équipes d'Alibaba en Chine. Je peux donc vous rassurer à ce propos.

Je peux également vous confirmer les belles perspectives liées au commerce électronique dans notre Région, et en particulier nos liens avec le boom du secteur chinois.

Plusieurs sociétés sont actuellement en prospection ou en phase d'établissement dans notre Région pour consolider la chaîne logistique de produits chinois en Europe, à l'instar des projets AliBaba et promouvoir une série de produits de luxe, notamment agroalimentaires et cosmétiques, auprès d'une classe moyenne chinoise qui recourt principalement au commerce en ligne, et surtout au commerce mobile, pour s'approvisionner en produits.
Les Chinois sont à la recherche de ce type de produits. Alors que, précédemment, la plupart des produits wallons exportés en Chine étaient des produits industriels et des médicaments, nous pouvons désormais espérer une progression d'exportation de biens de consommation.

Voilà ce que je pouvais dire, Monsieur le Président, Madame la Députée.

M. le Président. - La parole est à Mme Zrihen.

Mme Zrihen (PS). - On peut effectivement déplorer parfois ce manque de coordination lorsqu'il s'agit de développement économique entre les Régions et le Fédéral. Quoi qu'il en soit, je constate qu'il y a véritablement une chaîne de communication commerciale extrêmement importante et je pense que l'AWEx fait de manière tout à fait magnifique son travail.

Ce qui est aussi, peut-être, intéressant, c'est de constater que la Chine est extrêmement intéressée aussi par nos dispositifs bancaires et essaye d'entrer sur le marché belge. Ce ne serait peut-être pas inintéressant de mettre les choses en relation, sachant que la capacité de la Chine de pouvoir vraiment s'imposer, parfois, sur les marchés est une stratégie d'infiltration plutôt qu'une stratégie frontale.