Question orale de Madame Olga Zrihen à Madame Fadila Laanan, Ministre de la Culture, de l’Audiovisuel, de la Santé et de l’Egalité des chances, relative à la maladie d’Alzheimer (22/01/2013)

 

Madame la Ministre,

La maladie d’Alzheimer est la forme de démence la plus fréquente en Belgique.  Le nombre de personnes atteintes de démences est de plus ou moins 160 000 dont 85 000 sont touchées par la maladie d’Alzheimer, forme de démence neurodégénérative évolutive et irréversible. Ce sont les personnes âgées de plus de 65 ans qui sont essentiellement touchées.

Une étude récemment menée par l’Université de Californie, démontre que les personnes âgées pratiquant différents types d’activités ont un plus grand volume de matière grise ce qui signifie un cerveau en meilleure santé, tandis que les personnes souffrant de cette maladie sont caractérisés par une décroissance de ce volume. A cet effet, les chercheurs ont étudié l’influence d’un mode de vie actif sur un échantillon de 876 adultes américains âgés de 78 ans.

Parmi les activités les plus évoquées, on y retrouve le vélo, la danse, le jardinage…etc.

Madame la Ministre, quelles sont les actions menées par la Fédération Wallonie-Bruxelles afin de sensibiliser nos seniors aux activités offrant le plus de bienfaits au cerveau et par conséquent, prémunissant des effets de l’âge sur le cerveau ? Des campagnes de sensibilisation sont-elles menées auprès des maisons de repos ou sont-elles prévues pour cette nouvelle année 2013 ? Quelle collaboration menez-vous avec vos collègues régionaux et fédéraux en la matière ?

Madame la Ministre, je vous remercie d’avance pour vos réponses.


Réponse de Madame la Ministre Fadila LAANAN (22/01/2013)

Il n’est plus à prouver que l’activité physique contribue à l’amélioration de l’état de santé.

Pa rapport à la maladie d’Alzheimer, différentes études ont déjà démontré l’effet bénéfique de l’activité physique sur les fonctions cognitives.

Le KCE (Centre fédéral d’expertises ), en 2011, dans son rapport 160B, signalait que l’activité physique (marche, natation, vélo) améliorait la condition physique et psychique de la personne qui souffre de démence et qui pourrait aussi avoir un effet positif sur sa capacité de réflexion.

La nouvelle étude que vous mentionnez démontre qu’il est préférable d’associer des activités variées, plutôt que de pratiquer toujours la même activité.

En ce qui concerne la santé des personnes âgées, je soutiens le programme de l’asbl Educa Santé qui travaille avec les relais des personnes âgées afin de prévenir leurs chutes.

Les ateliers d’équilibre que l’asbl propose sont fondés sur trois axes  :

-          Un travail sur l’environnement immédiat des personnes âgées qui peut être une source d’accident ;

-          Un travail sur l’alimentation et la consommation de médicaments qui influencent l’état général des personnes et donc leur aptitude à s’adapter aux contraintes de l’environnement ;

-          Un travail sur l’équilibre avec des exercices qui sont favorables de manière générale à la santé mais aussi particulièrement pour la prévention de la maladie d’Alzheimer.

Ce programme d’ateliers d’équilibre se déroule en concertation avec différents acteurs qui entourent les personnes âgées : les médecins généralistes, les kinés, les infirmières, les aides familiales. L’asbl Educa Santé forme des professionnels qui, à leur tour, développent des ateliers.

A l’heure actuelle, quelques maisons de repos proposent ces ateliers. Elle développent également des recherches-actions dans le cadre du plan Alzheimer sur des approches non médicamenteuses de la maladie. Ce plan relève de la Région wallonne.

En outre, dans le cadre du troisième appel à projets visant à réduire les inégalités sociales de santé adressé aux communes et aux CPAS, deux projets sont consacrés aux attitudes saines chez les séniors.

Il s’agit du projet du CPAS de Braine-le-Château qui met en place des ateliers thématiques sur l’alimentation et l’activité physique adaptée aux personnes âgées et celui de la commune d’Esneux qui a mis en place « l’Alzheimer Café » un espace de parole et d’échanges dédié au public Sénior.

Vu le maquillage d’actions existantes, je n’envisage pas dans un avenir immédiat de mener des campagnes de sensibilisation par rapport à la maladie d’Alzheimer.

Mme Olga Zrihen (PS). – Le vieillissement de la population risque d’accroître l’impact de cette maladie. Les inégalités sociales sont parfois criantes, que ce soit dans le domaine préventif ou dans le domaine curatif. Cependant certaines initiatives de maisons de repos sont tout à fait remarquables. Dans des espaces de rencontre, des exercices réalisés à l’aide de la console Wii permettent aux personnes atteintes de cette maladie d’entretenir leur forme physique. Par ailleurs, la pratique du sudoku favorise le développement de la mémoire. Les jeunes et les adultes ayant tendance à passer de plus en plus de temps devant les écrans, il faut favoriser dès le plus jeune âge les activités tant physiques qu’intellectuelles. Une campagne de sensibilisation ne serait pas superflue mais pour cela, il faudrait trouver des moyens. Le monde associatif et éducatif a encore du pain sur la planche.