Question orale de Madame Olga Zrihen à Madame Marie-Dominique Simonet, Ministre de l'Enseignement obligatoire et de Promotion sociale, relative à la situation au sein de l'Athénée Royal René Magritte de Lessines (21/05/2013)

Madame la Ministre,

Permettez-moi de revenir sur la situation problématique et difficile au sein de l'Athénée Royal Renée Magritte de Lessines.

Fin février, lors de ma dernière question au sujet des mesures prises par votre cabinet afin de rétablir le dialogue au sein de cette école, vous nous aviez fait part des conclusions remises par le comité d'accompagnement, chargé de collecter des informations sur l'organisation de l'école et la gestion du personnel et des élèves. Ce groupe était également chargé de comparer le relevé des absences pour maladie au cours du premier trimestre de l'année 2012-2013 avec celui de l'année précédente afin d'évaluer la pertinence de l'analyse de risques psychosociaux, d'analyser les projets pédagogiques proposés, et d'évaluer l'évolution de population scolaire en première année .

Vous nous avez affirmé qu'un rapport remis le 9 janvier 2013 concluait à « la normalité de la situation ».

Cependant, force est de constater que le climat sur place reste tendu et délétère même si aucune action de contestation n'a plus eu lieu au sein de l'établissement.

Lors de la réunion de novembre 2012 entre les organisations syndicales et vos collaborateurs, il avait été convenu de l'envoi d'une équipe mobile afin d'évaluer les risques sociaux pouvant être engendrés par les tensions quotidiennes sur le terrain. Or, à ce jour, cette partie de l'accord n'a toujours pas été exécutée.

Dire que la situation est « normale » faute de réactions et d'actions sur le terrain ne nous empêche pas d'avoir quelques inquiétudes.

Cette situation très paradoxale ne peut aller dans le sens incontestable de votre volonté d'une intervention pédagogique préventive que vous relevez à chaque interpellation sur ce sujet épineux.

Madame la Ministre, d'après vos informations, quelle est l'évolution de la situation depuis notre dernier échange à ce sujet? Comment expliquez-vous que certains engagements en vue d'améliorer la situation n'ont pas été respectés? Pensez-vous qu'à l'instar d'autres écoles où d'autres solutions plus radicales ont été trouvées, tous pourront enfin travailler dans le calme et la sérénité pour développer un projet pédagogique espéré.

Madame la Ministre, je vous remercie par avance pour vos réponses.

 


Réponse de Madame la Ministre Marie-Dominique SIMONET (21/05/2013)

Revenant à la réponse que je vous ai faite lors de la séance de la Commission du 26 février, je vous ai détaillé les mesures qui avaient été prises afin de faciliter le retour au calme à l’Athénée Royal de Lessines qui avait connu de nombreux arrêts de travail en début d’année scolaire.

Je vous ai alors signalé que le rapport remis le 9 janvier 2013 par le Comité d’accompagnement, Comité que j’avais mis en place, concluait à la normalité de la situation en matière d’horaires, de respect de la concertation et d’absences pour maladie lors du premier trimestre de l’année 2012-2013. En fonction de ce dernier point, mon Administration n’a pas jugé utile de faire procéder à une analyse de risques psychosociaux. Je vous rappelle  que le Comité d’accompagnement a par ailleurs souhaité poursuivre sa tâche sur les projets pédagogiques lancés en 2012-2013, ainsi que sur la problématique des inscriptions en 1ère secondaire. Ce comité composé de trois chefs d’établissement expérimentés est toujours à l’œuvre au sein de l’Athénée Royal de Lessines.

Nul doute que j’aurais donc été avertie si le climat restait tendu et délétère au sein de l’établissement. Lorsque c’est le cas, on assiste d’ailleurs souvent à une hausse importante en matière de demandes de changement d’affectation de membres du personnel vers d’autres établissements. Ce ne fut pas le cas : il y a seulement eu trois demandes cette année pour l’année scolaire 2013-2014.