Question écrite de Madame Olga Zrihen à Madame Evelyne Huytebroeck, Ministre de la Jeunesse et l’Aide à la jeunesse relative à la réduction de l’index des subventions consacrées aux frais de fonctionnement des services de l’aide à la jeunesse

Madame la Ministre,

Selon le premier rapport sur l'aide à la jeunesse en Communauté française, un peu plus de 40 000 jeunes de moins de 18 ans ont été pris en charge par les services de l'aide à la jeunesse en 2011, soit 4% de l'ensemble des jeunes vivant en Communauté française.

Dans 85% de cas, il s'agit de jeunes en difficultés ( problèmes personnels, de comportement, de scolarité, problèmes psychologiques ou victime de maltraitance) et dans 15% des cas, il s'agit de jeunes ayant commis des faits qualifiés infraction.

Madame la Ministre, les services de ce secteur constituent une aide primordiale pour ses jeunes souvent désorientés ayant besoin d'une assistance et d'un accompagnement social afin de se réintégrer dans la société et (re)trouver une trajectoire socioprofessionnelle.

Cependant, les secteurs de l'aide à la jeunesse subissent de lourdes mesures d'économie. En effet, il a été décidé en décembre que la subvention attribuée pour frais de fonctionnement ne serait pas indexée à hauteur de 2%, mais serait bel et bien rabotée de 0,5% dans le cadre de la rigueur budgétaire. Cependant, une nouvelle réduction de 0,7% a été annoncée! Il s'agit donc d'une seconde diminution de l'index en un an... et ce, avec effet rétroactif au 1er janvier alors que des frais ont déjà été engagés et que les budgets ont été validés par les pouvoirs organisateurs depuis plusieurs semaines. De plus, dans le passé ( de 1999 à 2007), les subventions pour frais variables destinées aux dépenses courantes d'hébergement, d'entretien et d'éducation des jeunes, n'avaient pas été indexées.

Madame la Ministre, comment expliquez-vous cette seconde diminution de l'index en cours d'année, qui plus est avec effet rétroactif ? Une révision du modèle de subvention et de fonctionnement ne serait-elle pas nécessaire afin d'assurer une prise en charge optimale des jeunes en difficultés pour ces services d'aide à la jeunesse qui emploient quelques 3500 temps plein pour encadrer les jeunes?

Madame la Ministre, je vous remercie par avance pour vos réponses.

 


 

Réponse de Madame la Ministre Evelyne Huytebroeck

 

En réponse à sa question, je communique à l’Honorable Membre les éléments suivants :

 

Dans le cadre des premier et deuxième ajustements budgétaires du budget 2013, des reprises d’indexation ont été opérées sur les frais de fonctionnement de l’ensemble des opérateurs exécutant des missions confiées par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Par cette mesure transversale et intersectorielle, les services de l’aide à la jeunesse, comme tous les services dans d’autres domaines d’activités tels que la culture, l’enseignement, le sport, la petite enfance, la jeunesse, etc. voient ainsi leurs subventions de frais de fonctionnement rabotées pour être ramenées à leur niveau de 2012.

                                                                  

Vous comprenez bien que cette mesure, adoptée au Parlement lors du vote du premier ajustement budgétaire, n’a pas été prise de gaieté de cœur et qu’elle s’inscrit dans le cadre budgétaire extrêmement étriqué qui s’impose à nous avec une trajectoire de retour à l’équilibre budgétaire qui est extrêmement contraignante. Elle nous contraint à faire des efforts dans l’ensemble des domaines d’activités.