J’ai interrogé la ministre de la culture, en séance plénière du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, sur la pérennité du financement de Keramis. La subvention de 265.000 euros est pérenne me répond-t-elle. Et s’agissant de l’apport financier de la loterie nationale pour lequel j’ai fait part de mes inquiétudes, la ministre confirme que le subside prévu de 50.000 euros sera également accordé. Ouf…

Mme Olga Zrihen (PS). – Le subside complémentaire de 215 000 euros est enfin parvenu au Centre Keramis. À partir de 2017, sous réserve d’approbation budgétaire, son subside annuel sera de 265 000 euros. Cette nouvelle intervient un an jour pour jour après son ouverture. Cette année ne fut pas facile en raison des multiples aléas et questionnements qui se sont produits.

Ce centre est pourtant un véritable exemple positif de revitalisation d’un site délabré et pollué. Nous saluons l’effort du personnel, qui est passé d’une chaine de montage à l’accueil socioculturel. Enfin, élément essentiel, les délais ont été respectés.

Le subventionnement sera-t-il structurel et pérenne? Le subside de la Loterie nationale, qui assurerait un meilleur fonctionnement du centre, sera-t-il affecté? Ce centre culturel de qualité propose nombre de projets qui manquent parfois de visibilité. Comment comptez-vous en assurer la promotion?

M. François Desquesnes (cdH). – Le Centre Keramis est le fruit d’une décision conjointe des gouvernements wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles remontant à quelques années. L’objectif était de soutenir les faïenceries Boch. Malheureusement, elles ont disparu et le projet se cherche de nouvelles destinée et organisation. Cela tombe bien: un Conseil de développement soutenu par la Wallonie a planché sur le futur de la région du Centre et de La Louvière et a retenu le développement culturel. Or, l’offre muséale et culturelle est foisonnante, mais dispersée et non coordonnée.

Le gouvernement a-t-il une vision plus large en créant un pôle muséal dans cette région du Centre et de La Louvière, comme cela s’est fait à Mons? Le soutien wallon au Centre Keramis est l’occasion rêvée pour constituer un pôle fort, capable d’attirer davantage de touristes.

Mme Alda Greoli, vice-présidente et ministre de la Culture et de l’Enfance. – Madame, Monsieur, je vous remercie pour vos questions.

Premièrement, je peux en effet vous confirmer que le gouvernement veut rendre pérenne le subside de 265 000 euros annuellement accordé à Keramis.

Deuxièmement, à l’heure où je vous parle, le gouvernement fédéral ne m’a pas encore communiqué le montant provenant de la Loterie nationale qui sera alloué à la culture pour 2016. Un subside de 50 000 euros était cependant prévu. Je peux vous assurer qu’il sera accordé dès que j’aurai connaissance du montant précité.

Cependant, vous connaissez la ligne politique du gouvernement. L’audit dont Keramis a fait l’objet conclut que des améliorations substantielles sont encore à réaliser en termes de stratégies de développement et de gestion. Le conseil d’administration de l’ASBL Keramis – qui a une totale liberté – doit déposer sur mon bureau, pour le 30 juin, un projet prospectif et perspectif. À cet égard, Monsieur Desquesnes, il me semble évident que l’inscription de Keramis dans le pôle muséal de la région sera très importante. Par exemple, on sait que la gratuité est accordée le premier dimanche de chaque mois. En général, 50 à 150 personnes visitent Keramis à cette occasion. Quand le centre a collaboré avec le Musée de Mariemont et le marché du livre, 2 000 personnes y sont venues! Il y a là, vraiment, quelque chose à faire et, en tout cas, une réflexion à mener sur cette collaboration.

Mme Olga Zrihen (PS). – Madame la Ministre, je vous remercie pour les très bonnes nouvelles que vous nous avez données. Je n’ai aucun doute, connaissant la valeur et l’engagement de l’équipe de Keramis, que vous aurez, avant le 30 juin, un document prospectif reprenant les projets pour les années à venir.

Comme vous l’avez dit, il y a eu cette magnifique rencontre entre le Musée de Mariemont et Keramis. Une journée de brocante consacrée à tous les produits fabriqués par Boch a aussi été organisée. C’est un patrimoine inestimable. J’espère que nous continuerons à avoir un regard extrêmement attentif sur l’ensemble du dispositif dans cette région du Centre qui est un véritable berceau culturel.

M. François Desquesnes (cdH). – Madame la Ministre, je vous remercie pour ces précisions et pour vos encouragements concernant Keramis. J’espère que ce n’est que la première étape d’un projet visant à ce que l’union fasse la force dans la région du Centre.

Effectivement, l’offre muséale doit être davantage fédérée, non seulement pour être plus percutante et pour amener des visiteurs dans notre belle région, mais aussi pour créer des emplois et un projet de relance économique.