Les nouvelles compétences du FOREm - On en débat au Parlement de Wallonie. Question parlementaire en Commission de l'Emploi avec la Ministre Eliane Tillieux.

Mme Zrihen (PS). - Madame la Ministre, depuis lundi 4 janvier 2016 et dans le cadre de l’application des différentes mesures réalisées lors de la sixième réforme de l’État, le FOREm bénéficie d’un nouveau socle de compétences – le contrôle de la disponibilité, les ALE, les aides à la formation, à l’embauche et à l’emploi ainsi que de nouveaux collaborateurs, au nombre de 459 provenant de l’ONEm.

Selon l'administratrice générale du FOREm à Namur, l’essence même de la fonction motrice du FOREm s’est modifiée en s’articulant plus autour de « l’insertion des demandeurs d’emploi sur le marché du travail dans une perspective d’emploi durable et de qualité, via un accompagnement personnalisé, une évaluation des démarches qu’ils mènent, la formation aux métiers en demande et d’avenir, le conseil aux employeurs et la satisfaction de leurs offres d’emploi ».

Nul ne peut ignorer les difficultés institutionnelles et administratives à pouvoir rapidement mettre en place de telles modifications. En effet, l’apport de nouveaux collaborateurs tend à développer différentes compétences : communication entre les équipes, synergie de travail qualitative au bénéfice des demandeurs d’emploi pour personnaliser le parcours de recherche.

La Wallonie est en marche dans sa volonté d’accroître le taux d’emploi et d’offrir des services les plus adaptés à la réalité du citoyen.

Il me semble plus qu’important de suivre attentivement et de travailler ardemment à cet aboutissement. Dès lors, un outil d’analyse et d’évaluation de l’application et de la fonctionnalité de ce nouveau dispositif est-il prévu ?

Quels dispositifs d’ajustements sont-ils prévus autant pour le personnel que pour l’usager ?


Quelle communication est prévue auprès du public pour déployer et ajuster l’information sur les nouvelles missions de l’institution ?


M. le Président. - La parole est à Mme la Ministre Tillieux.


Mme Tillieux, Ministre de l'Emploi et de la Formation. - Cela fait plaisir d'avoir la mixité dès la première commission de l'année.

Madame la Députée, la réorganisation du FOREm et des transferts de compétences sont deux chantiers bien distincts, même si interdépendants.

La réorganisation territoriale du FOREm, telle que prévue dans le contrat de gestion actuel, s'effectue sur deux axes majeurs :

– un axe vertical de déconcentration territoriale, qui vise à donner plus d'autonomie et de responsabilités aux territoires ;
– un axe horizontal d'intégration des activités, qui vise à mieux articuler les activités emploi, formation et support en vue de simplifier le parcours client et la qualité du service rendu. C'est la réponse tout à l'heure par rapport au guichet entreprise.

Les travaux relatifs à la nouvelle organisation du FOREm s'effectuent en plusieurs phases. Les deux premières phases ont permis de fixer les objectifs de la réorganisation et les principes directeurs de l'organisation ciblée, en particulier le modèle opérationnel et les schémas organisationnels types du siège central et des territoires. C'était en 2013 et 2014.

La troisième phase est aujourd’hui en phase de déroulement et vise l'organisation détaillée des territoires du siège. Ces travaux sont actuellement dans une période de validation au sein des différentes instances du FOREm et nécessitent d'importantes étapes de concertation à l'interne qui déboucheront, en 2016, sur la mise en oeuvre concrète de cette organisation.

Le transfert de compétences s'est naturellement inscrit dans ces travaux. Les compétences transférées ont été intégrées et optimisées dans les activités du FOREm, en privilégiant un pilotage direct du siège central qui garantit la cohérence et la transversalité des fonctions de production, de pilotage et de support, identiques sur toute la Région de langue française. Ce pilotage centralisé est toutefois accompagné d'une territorialisation des activités de contrôle, comme celles des ALE, pour mieux répondre aux besoins et réalités socioéconomiques des utilisateurs.

Les travaux menés pour l'accueil de ces compétences concernaient différentes dimensions, à savoir l'organisation, les processus de travail, l'informatique, la gestion des ressources humaines, les ressources matérielles et financières, le cadre juridique, le pilotage, la communication et fondamentalement, la gestion du changement.

En ce qui concerne plus particulièrement l'accueil dans les locaux du FOREm, c'est pour l'accueil des agents en charge du contrôle de la disponibilité qu'ils ont été les plus importants. En effet, il s'agissait d'intégrer 193 personnes au sein des actuelles directions régionales. Le personnel travaillant dans les agences locales pour l'emploi continue, quant à lui, d'exercer ses missions dans les locaux au sein desquels il l'exerçait jusqu'au 31 décembre dernier.

Tous les bureaux étaient emménagés au 1er janvier 2016 pour accueillir le nouveau personnel. Pour les agents travaillant dans les ALE, un accès à distance existe dorénavant pour leur permettre d'accéder aux outils du FOREm, utiles à leurs activités.

La mise en oeuvre du contrôle de la disponibilité a nécessité le développement d'une nouvelle application et le transfert de données qui, eux aussi, ont respecté les délais impartis, en ce compris pour les corrections apportées, une fois les nouveaux outils testés – vous savez qu'à chaque transfert, il y a une maladie qui doit se faire et forcément des bugs à corriger.

Enfin, pour exercer les compétences relatives à l'activation des demandeurs d'emploi et aux dispenses pour reprise d'études ou de formation, c'est l'actuelle application de gestion des demandeurs d'emploi qui est utilisée.

La mise en place d'un monitoring rigoureux et complet est nécessaire pour tous les dimensions et mécanismes qui sous-tendent chacune des compétences transférées. Un outil évolutif de suivi est en cours d'élaboration aujourd'hui au sein du FOREm.

Par ailleurs, le comité de pilotage mis en place au FOREm dès le début de la préparation du transfert de compétences va continuer à accompagner les différents projets, ce n'est pas parce que l'on a transféré que l'on s'arrête. Au contraire, il faut continuer à accompagner et à proposer les aménagements et améliorations qui, le cas échéant, s'avéreraient nécessaires.

Des actions de communication ont été menées bien avant le 1er janvier de cette année. Ces actions vont se poursuivre tant vers les demandeurs d'emploi que vers les employeurs, les partenaires, le personnel et de manière générale, le grand public.

Elles se déclinent via les canaux de communication habituels du FOREm, le site Internet, les centres de contact ou les points de contact plus physiques.

Elles se traduisent par 80 nouvelles pages web d'information à destination des utilisateurs, de nouvelles missions pour les centres de contact, une nouvelle signalisation sur les sites, des affiches, des brochures, des flyers et l'envoi de courriers d'information.

M. le Président. - La parole est à Mme Zrihen.

Mme Zrihen (PS). - J'espère que tout cela servira à donner une autre image du FOREm que simplement comme un dispositif souvent vu comme étant extrêmement répressif et dont généralement les communications sont plus des sanctions que véritablement un soutien. Je crois qu'il faudra faire un état des lieux très prochainement de cette nouvelle image que le FOREm essaye de se donner. Je vous remercie.