presse
Jour J-7, 7 jours pour sauver les Laminoirs de Longtain !

Pour la députée Olga Zrihen et le parti socialiste, aujourd'hui, il n'y a qu'une seule et unique priorité,: "Et si d’abord, on arrêtait les amalgames toxiques ? Car l’enjeu, c’est bien la poursuite de l’activité de Longtain et in fine l’ avenir de ses travailleurs."

 

Rétroactes:

 

Concernant le choix même de Stéphane Jourdain, il s’agit d’une décision du Tribunal du commerce qui a été prise sur la base du seul rapport du mandataire de Justice. En effet, le tribunal a considéré que l’offre de Stéphane Jourdain était la seule conforme aux exigences de reprise. Et si il y a eu menace, c’était celle de la faillite aux conséquences incertaines pour les travailleurs des laminoirs. C’est donc dos au mur que la société est passée dans le giron de Stéphane Jourdain. Et non sur la base d'une quelconque décision de la Région ou de la Sogepa.

 

 

Depuis la semaine dernière, le Mouvement Réformateur, par la voix du Député Olivier Destrebecq insinue ensuite que la Sogepa a revendu ses parts à Stéphane Jourdain par irresponsabilité ou calcul.

 

Arrêtons la mauvaise foi, ceci nécessite une précision pour la Députée socialiste! Dans tout accord de partenariat entreprise-Sogepa, il existe une clause de sortie dite clause d’ « exit ». Celle-ci, une fois enclenchée par Stéphane Jourdain, n’a laissé d’autres choix à la Sogepa que de se désengager et à lui céder ses actions tel que stipulé dans les clauses juridiques. 

 

 

Est-ce le rôle d'un politique de surfer sur le sort des travailleurs?

 

Le plus dangereux dans toutes ces déclarations à l’emporte-pièce du Député MR, c'est que celles-ci contribuent largement à envenimer le processus de négociation et de concertation et va même jusqu’à discréditer le projet de reprise. La récupération politique du dossier par le député Destrebecq ne fait que prolonger la situation d’insécurité dans laquelle sont plongés les travailleurs.

 

De même, le nombre de sous-entendus quant aux capacités d’intervention du Gouvernement wallon à travers la Sogepa augmentent la confusion et n’apportent aucune piste d’avenir ni de solutions pour nos travailleurs. 

 

Dans l’état actuel des choses, une commission spéciale telle que l’exige le député MR aurait plus comme conséquence d’embourber une phase cruciale de transition pour les laminoirs de Longtain et de ses travailleurs plutôt que d’offrir des solutions durables. Basée sur des insinuations et allégations douteuses, la stratégie de communication court-termiste du MR se nourrit d’une situation tragique et de la détresse de travailleurs. 

 

 

Aujourd’hui la priorité numéro un doit être l’avenir de l’entreprise et du personnel. C’est pourquoi, la Région Wallonne, via la Sogepa, a dès l'annonce de la Procédure de Réorganisation Judiciaire initiée par Stéphane Jourdain, mandaté un consultant pour élaborer un business plan et rechercher un repreneur. C'est cela qui est crucial aujourd’hui pour Olga Zrihen.

 

Cela confirme bien que la Région mène sa mission dans le seul intérêt de la poursuite des activités industrielles.

 

 

La SOGEPA, concrètement;

 

Pour la Sogepa, elle accompagnera la démarche de tout repreneur susceptible de déposer une offre de reprise et soutiendra tout projet industriel crédible choisi par le Tribunal de commerce et ce, afin de permettre aux travailleurs de pouvoir continuer à exercer leur métier de manière digne et de contribuer à la force productive du Centre.

 

Dans cette optique, la Sogepa finalisera un business plan cette semaine, qui servira de base au projet de reprise.

 

 

Jour J-7 ! L'espoir est d’attirer de nouveaux investisseurs qui détiendraient au minimum 50% du capital de l’entreprise:

 

Pour la députée Olga Zrihen et le PS: "L’objectif reste de maintenir en activité un maximum de travailleurs et de rétablir un climat social digne de ce nom. Voilà où se situe le réel enjeu. Retrouver le calme et la sérénité et faire en sorte que chacun assume ses responsabilités face à ses obligations : Stéphane Jourdain d’abord et le versement du salaire des travailleurs ainsi que le respect de ses obligations quant à l’application des clauses de l’ « exit », la Sogepa ensuite dans son rôle de suivi actif et d’accompagnement, le Tribunal du commerce enfin dans les décisions fondamentales qui seront prises dans les jours qui viennent."